Présentation du GHFF

Un groupe pluridisciplinaire

Le Groupe d’Histoire des Forêts françaises (GHFF), est une association à vocation scientifique fondée en 1982 par Denis Woronoff, Jean Boissière, Gérard Buttoud, Anne-Marie Cocula et Andrée Corvol qui en a assuré la présidence de 1989 à 2014 à la suite de Georges Bertrand. Au travers de ses activités consacrées à l’étude des forêts, des patrimoines et des héritages sylvicoles, le GHFF encourage la recherche et l’échange des connaissances sur les espaces forestiers en réunissant des universitaires, des chercheurs, des étudiants en Sciences Humaines et Sociales, en Sciences de la Vie et de la Terre, mais aussi des gestionnaires et ingénieurs forestiers. Le groupe compte plus de 200 membres, adhérents fidèles et participants occasionnels, dont plusieurs européens. Les membres sont historiens, géographes, archéologues, historiens de l’art, historiens du droit, juristes, écologues, agronomes, sociologues, ethnologues, anthropologues.

Regards croisés sur la forêt

Le GHFF fonctionne comme un véritable laboratoire de recherche qui a développé un contexte stimulant d’interdisciplinarité et d’émulation scientifique en fédérant ses membres autour d’une activité riche et intense valorisée par des manifestations (colloques, journées d’études, séminaires de terrain) et des publications régulières (Actes de colloques, Cahier d’études, Bulletin).

Les travaux du GHFF reflètent les préoccupations actuelles de la société, inquiète de la dégradation de l’environnement et soucieuse de la conservation du patrimoine sylvicole. À partir d’une approche historique de l’environnement forestier, le GHFF cherche à mieux comprendre la diversité des facettes de la forêt, la complexité du sylvosystème et de son évolution, ainsi que sur les rapports tissés entre la société et les milieux qu’elle exploite, façonne et modifie, tout en abordant l’extraordinaire mosaïque de parcelles, de formations végétales, de pratiques et d’usages qui constitue un espace forestier.

Plusieurs approches complémentaires correspondant aux diverses dimensions de la forêt considérée comme un sylvosystème construit par la société au cours de l’histoire sont abordées par le GHFF :

  • La dimension historique qui retrace les évolutions des espaces forestiers et prend en compte le poids des héritages sylvicoles dans les sylvosystèmes actuels permettant d’identifier des ruptures et des continuités paysagères ;
  • La dimension géographique qui analyse les formes d’organisation spatiale des territoires forestiers, leur construction et leur mutation, à diverses échelles d’espace et de temps pour comprendre les sylvosystèmes actuels ;
  • La dimension culturelle qui explore les champs idéologiques, psychologiques et esthétiques des perceptions et des représentations, tant dans le réel que dans l’imaginaire, de chaque société ;
  • La dimension sociologique et anthropologique qui prend en compte les relations entre l’homme et la nature, les pratiques et les usages de la forêt ;
  • La dimension économique qui considère la forêt comme ressource de biens marchands alimentant la filière bois ;
  • La dimension écologique qui s’appuie sur les sciences de la nature et de foresterie pour améliorer le rendement de la forêt ;
  • La dimension technique qui obéit à des règles de sylviculture précises et d’exploitation du bois ;
  • La dimension juridique qui prend en compte les modifications politiques, les conflits et la législation propre à la forêt.

La diversité des approches du GHFF reflète ainsi toute la complexité et l’ambivalence de la forêt considérée à la fois comme une ressource économique à valoriser et un patrimoine naturel à protéger. Fort de sa pratique interdisciplinaire, le GHFF explore toutes les dimensions de la forêt en regroupant un auditoire amical et passionné dans une enceinte où la parole de chacun est libre et respectée.

Un travail en partenariat

Le Groupe d’histoire des forêts françaises bénéficie de l’appui permanent et de longue date du ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt et de l’Office national des forêts. Pour son fonctionnement général comme pour l’organisation d’évènements ou la conduite de travaux à plus long terme, il travaille en partenariat régulier avec les universités Paris-Sorbonne (Paris-IV), de Lorraine, d’Artois ou de Valenciennes ainsi que le Laboratoire ENeC (UMR 8185-CNRS), AgroParisTech Nancy, le GIP ECOFOR et le Syndicat des sylviculteurs du Sud-Ouest. A l’occasion de journées d’études, de colloques ou de programmes de recherche, il noue des partenariats plus ponctuels comme il l’a fait avec l’université catholique de Louvain, avec  l’École nationale supérieure de Paysage de Versailles ou avec la Fondation François Sommer pour la chasse et la Nature.